Les ventes de vins de Bordeaux ont reculé de 3% en 2016, tant en volume qu’en valeur, toujours sous le coup de récoltes faibles entre 2013 et 2015, alors que l’interprofession poursuit son ambition de montée en gamme.


En 2016, 630 millions de bouteilles de vins de Bordeaux ont été vendues, soit 4,7 millions d’hectolitres, pour une valeur de 3,6 milliards d’euros, a indiqué mardi 14 mars le Comité interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), lors d’une conférence de presse à Paris. « Notre commercialisation est toujours affectée par la petite récolte de 2013, et les récoltes moyennes de 2014 et 2015 », a commenté le président du CIVB, Allan Sichel.

Dans les grandes et moyennes surfaces françaises, qui commercialisent près de la moitié du vin de Bordeaux dans l’Hexagone, les ventes sont en baisse de 3% en volume, mais de seulement 1% en terme de chiffre d’affaires. Cela s’explique selon Allan Sichel par la progression des ventes « sur les tranches de prix les plus valorisées » : +3% pour les bouteilles vendues entre 5 et 15 euros et +1% pour celles à plus de 15 euros.

Cette progression est conforme à la stratégie de l’interprofession de faire évoluer son offre de vins à moins de trois euros vers le coeur de gamme, entre 5 et 15 euros. « Bordeaux ne sait pas être concurrentiel sur le segment basique et nous avons une volonté affichée de gagner des parts de marché » sur des tarifs qui permettent aux vignerons de continuer à investir, a expliqué Allan Sichel. Les ventes à des tarifs inférieurs à trois euros la bouteille représentent aujourd’hui 17% des volumes de Bordeaux contre 41% en 2007, selon le CIVB.

Cette politique entraine à court terme une baisse de 10% en volume et 16% en valeur pour les exportations vers l’Union européenne qui se retrouvent concurrencées par « les Italiens et les Espagnols qui ont fortement augmenté leur présence sur ces prix basiques », selon le président du CIVB. Cette baisse en Europe est toutefois contrebalancée par une belle progression des vins de Bordeaux dans les pays tiers (+6%) avec des « niveaux records en Chine », première destination des exportations de Bordeaux, et « le plus haut niveau jamais atteint depuis 30 ans » aux Etats-Unis.

Les exportations (42% des volumes de Bordeaux) représentent 1,77 milliard d’euros (-3%) répartis à 35% vers l’Union européenne (462 millions) et 65% vers des pays tiers (1,3 milliard).


Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.