Souvent l’adjectif révolutionnaire impose un changement, une modification, un tohu-bohu dans les cas les plus sages, un chaos dans les cas les plus extrêmes. Souffle alors comme un vent (pour ne pas dire vin) d’indépendance dans le milieu soumis à cette révolution.

A bien regarder ce cher Littré, compagnon des errements linguistiques, l’élément révolutionnaire, qui se rapporte bien sûr au nom féminin révolution, nous donne une vision plus précise, plus juste de ce qu’elle est vraiment. Une révolution est, en premier lieu dans le dictionnaire, le retour d’un astre au point d’où il était parti. Belle définition pour signifier qu’en ces termes, Olivier Techer, est un révolutionnaire.

En produisant des bordeaux gourmands, frais, digestes, pleins de fruits et de dynamique, il remet au centre des débats une région bien mal connue en ce temps ignobles de Bordeaux bashing. Son crédo, c’est le vin biologique pour magnifier le terroir. Dans une appellation Pomerol qui tarde à se convertir, il prêche parfois un peu dans le vide en prophète que l’on regarde plus comme un hurluberlu que comme un vigneron faisant parti du sérail. Peu importe. Il continue.

Sa révolution, il décide aussi de la faire par le prix. Tout le monde ne pouvant se payer un Pomerol, il décide de créer un vin satellite. Comme pour tourner autour du vin biologique et faire sa propre révolution. Car Littré l’affirme aussi, la révolution c’est le mouvement de rotation autour d’un axe fixe. Son axe, c’est le plaisir et la qualité dans le biologique. Il choisit des raisins, vinifie à son habitude et fait appel à un designer/blogueur/cuisinier, lui aussi tourné vers la révolution des palais, le sieur Vincent Pousson.

Il en résulte une bouteille belle sous tous rapports. De l’élégance dans le design et le vin, de la gourmandise dans l’approche et une réjouissance digestive propre à remettre Bordeaux au centre des débats. Effectivement, sa révolution est Satellite…


La dégustation

Satellite – Côtes de Bordeaux rouge – 2015
Beau fruit, un peu fruits noirs, gourmand. Rond, frais, gouleyant et fruité. Du pur plaisir. – 15,5

Satellite – Entre-Deux-Mers – 2015
Des notes d’orgeat, un peu anis, joliment minéral. Bouche pleine de chair, de jus, de volume. Un vin de gastronomie et de plaisir. Excellent rapport qualité/prix. – 16

Vins aux alentours de 13 Euros.


Yohan Castaing

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.